Présentation du Château de Viens

Le Château de Viens se situe sur la commune de MOMBRIER au coeur de l'appellation des Côtes de Bourg.

Historiquement, le Château de Viens était classé Crus Bourgeois en 1897, il n’existait seulement que 5 Châteaux classés Crus Bourgeois sur la commune de MOMBRIER. À cette époque, le Château de Viens produisait déjà plus de 20 tonneaux de vin, soit 24 000 bouteilles. 

L'ancépagement quoi que traditionnel : Merlot (53%) – Cabernet Sauvignon (20%) – Malbec (25%) reste original par le pourcentage élevé de Malbec qui lui confère toute son originalité. Un demi-hectare de Cabernet Franc est destiné au Rosé.

Aujourd'hui l’exploitation produit 180 tonneaux de vin soit environ
200 000 bouteilles par an sur 30 hectares de vignes.


img img img img img img img img

L'histoire de l'exploitant

L'histoire de l'exploitant
L'histoire de l'exploitant


Né le 06 novembre 1964 dans le Lot, j'ai obtenu mon Bac Agricole en 1982 à CAHORS dans le Lot (46). Fils d'exploitants agricole, près de ROCAMADOUR, j’ai fait le choix dès mes 18 ans de ne pas poursuivre de plus longues études en agriculture pour me lancer dans le monde professionnel et me mettre à travailler sans délai.

Mon rêve est de vivre de ma passion... Acheter une propriété viticole et la faire prospérer! Il s’est vite réalisé puisque j'ai l'opportunité dès l'âge de 18 ans d'acheter une propriété viticole à Mombrier, au cœur des Côtes de Bourg. J'ai signé tous mes actes d'achats le 9 novembre 1983.

Cette propriété viticole est communement appelée dans le monde de la viticulture un "Château", soit une grande bâtisse flanquée d’un chai et entourée au départ d'une dizaine d'hectares de vignes. 

Petite propriété de vignes de 10 hectares en 1983, le Château de Viens compte aujourd'hui 30 hectares de vignes.


Une machine à vendanger très performante

Une machine à vendanger très performante
Une machine à vendanger très performante

En 1998 avec l’aide d’un collègue, nous avons créé une CUMA (Coopérative d'Utilisation de Matériel Agricole) en compagnie de 4 autres exploitants viticoles des Côtes de Bourg. Cette forme de société coopérative agricole permet aux viticulteurs qui la composent de mettre en commun leurs ressources afin d’acquérir du matériel agricole.

Une machine à vendanger New Holland a notamment été achetée et est renouvelée tous les 4 ans dans l’idée d’utiliser la machine la plus performante possible. Notre modèle de machine possède un trieur autoporté et automatisé qui permet d’évacuer directement toutes les impuretés de la vendange (feuilles, pétioles...) avant l'arrivée dans la benne transportant les raisins.

Lors des vendanges au Château de Viens, celle-ci est lavée et désinfectée tous les soirs par le personnel entre une et deux heures de temps.


Les Vignes du Château de Viens

Niché au creux de la deuxième vague des collines argilo graveleuse des Côtes de Bourg dans la commune de Mombrier, le Château de Viens produit un Grand Vin de Bordeaux. Il tire sa particularité de ses terrains spécifiques aux noms saisissants tels que : Le Cul du Chaudron, La Butte, Le Mamelon, Le Pin, La Pente, Paille et Noliquet !

Ces terroirs sont reconnus par leur précocité et permettent de ramasser les raisins à l’optimum de leur potentiel.
Maturité, complexité et richesse que l’on retrouve naturellement dans les vins du Château de Viens.


Histoire des Côtes de Bourg

Histoire des Côtes de Bourg
Histoire des Côtes de Bourg


Dès le moyen âge, Bourg était un port viticole important et son vignoble d'estuaire s'est étendu au rythme de la vie et du commerce fluvial. L'appellation "Côtes de Bourg" a donc vu le jour sur la rive droite de la Gironde.

Composé de marins, de pêcheurs et de vignerons, la ville de Bourg s'est rapidement tourné vers la culture de la vigne et le commerce.
Les historiens situent la vocation viticole de Bourg autour du IIème siècle, période où les Romains plantèrent le premier plan de « Vitis Biturica » désigné comme l'ancêtre du Cabernet. Les Romains avaient déjà compris que la richesse des sols, le climat et l'exposition des terres sur la rive droite du fleuve étaient propices à l'implantation du vignoble.

L'appellation alternant entre sols graveleux, limoneux, et argilo-calcaires est expliquée par l'histoire romaine de ces terres. 
Les Côtes de Bourg ont été convoités et envahis par normands et barbares au cours du temps en raison de sa position stratégique mais est aujourd'hui encré dans les mentalités et décrit par sa réputation bourgeoise, du fait de l'exportation pratiquée par "la première filleule de Bordeaux ».